Categorie young hr talent de l'annee

Isabelle Meulemans

Chancellerie du Premier Ministre





Comment la Chancellerie est sortie de l’ombre

Parmi les services publics fédéraux sans doute les plus méconnus du grand public, et donc des candidats, la Chancellerie du Premier Ministre a comme défi d’attirer l’expertise requise, en particulier dans les fonctions critiques. La création d’une page « carrière » sur LinkedIn et l’offre d’une alimentation saine et durable sont deux projets parmi d’autres qui contribuent à la positionner en employeur attractif et dans l’air du temps.

Avec un effectif de 185 personnes, la Chancellerie intervient en appui du Premier Ministre pour l’aider à diriger et coordonner la politique gouvernementale. Elle le fait sur les plans de la logistique, de l’administration, des aspects juridiques et de la communication. Ce qui implique de parvenir à attirer des talents disposant d’une grande expertise – notamment ICT – et capables de se mobiliser sur différents fronts et pour des projets très divers et variés.
C’est dans cette optique qu’Isabelle Meulemans a exploré des voies alternatives en matière d’attractivité et d’employer branding. La réflexion a notamment abouti à la création d’une page « carrière » sur LinkedIn, une première pour un service public fédéral, le recrutement étant une prérogative de Selor. « Il a d’abord fallu convaincre la ligne hiérarchique ainsi que l’IT, assez naturellement frileux quant au recours aux médias sociaux, confie-t-elle. Au-delà de l’aspect recrutement, nous avons profité de l’occasion pour développer une démarche pédagogique expliquant le projet et l’usage que le personnel pouvait avoir de l’outil, par le biais de deux ateliers et de sessions d’information destinées aux nouveaux entrants. »
L’exercice a également comporté un volet de « cohésion d’équipe » et a fait passer le message que le personnel était « ambassadeur » en matière d’attractivité. « Nous avons organisé un photo shooting au 16, rue de la Loi: les membres du personnel qui le souhaitaient pouvaient y participer et ainsi ‘incarner’ l’institution auprès des futurs candidats », illustre-t-elle. Lancée en juin 2012, cette page carrière a permis d’accroître de façon substantielle le nombre de talents postulant à la Chancellerie, en particulier pour des profils dits ‘en pénurie’. « Nous cherchions un profil IT bien particulier depuis un an et demi, mais sans succès, illustre-t-elle. Là, nous avons pu obtenir huit candidatures valables pour ce poste. »

Forte adhésion

La Chancellerie jouit aujourd’hui d’un taux de satisfaction du personnel parmi les plus élevés de tous les services publics fédéraux: il s’affiche à 89%. L’évolution de plusieurs autres indicateurs est dans le vert, comme le turnover – passé de 5,89% en 2009 à 4,59% l’an dernier – ou le niveau de confiance dans le service RH – en hausse de 20% entre 2009 et 2011 pour atteindre 86%. Etre un bon employeur passe par différentes initiatives, dont celle d’offrir une alimentation saine et durable. Ce qui a exigé la transformation du restaurant d’entreprise, dont l’offre était jusque-là très traditionnelle.
Les objectifs de ce projet piloté par Isabelle Meulemans pour les aspects communication et formation? Améliorer la santé des membres du personnel en offrant une cuisine plus saine (plus de légumes, moins de viande, moins de graisses), réduire les déchets alimentaires et augmenter la durabilité, en travaillant à 70% avec des produits locaux et de saison. « Le volet formation a été important afin d’accompagner les chefs, la responsable des achats et l’équipe du restaurant dans cette évolution, souligne-t-elle. Le plan de communication a, quant à lui, inclus plusieurs initiatives: un atelier de cuisine durable pour les membres du personnel, des ‘apéros-resto’ pour introduire la semaine bio, des recettes du chef proposées chaque mois sur l’intranet… »
Aujourd’hui, le restaurant d’entreprise de la Chancellerie propose un menu entièrement neuf offrant chaque jour un menu santé, un sandwich bio et un plat végétarien. « Le personnel a très bien accueilli l’initiative, à tel point qu’il y a des semaines où le menu santé est le plus vendu, ce qui démontre bien l’adhésion au projet », affirme Isabelle Meulemans, tout en pointant la reconnaissance de son bien-fondé au travers de plusieurs mentions par les médias, dont la RTBF avec un passage dans l’émission On n’est pas des pigeons…