Categorie HR Manager de l'annee

Fabrice Enderlin

Vice President Human Resources & Communications chez GSK Biologicals



La valeur du prix

«  Au Royaume-Uni, un tel prix se voit plutôt attribué à une équipe RH qu’à son leader et c’est avant tout mon équipe de 80 professionnels RH que je tiens à mettre en avant. Cette nomination est une belle façon de leur dire merci pour leur travail. Je trouve aussi intéressant de partager avec la communauté RH une bonne pratique RH qui a été développée, dans notre cas l’accompagnement du changement dans une période de forte croissance. Cette publicité donnée à un savoir-faire peut, modestement, apporter des idées à d’autres confrontés à la même problématique. Vis-à-vis de l’interne, je ne le considère pas comme une façon de valoriser la fonction RH: nous sommes des business partners, reconnus en interne lorsque nous avons bien travaillé et bousculés lorsque nous n’allons pas assez vite. La reconnaissance interne doit avant tout venir des résultats.  »

Pourquoi le récompenser

«  Le projet SCORE – désormais rebaptisé sous l’appellation Operational Excellence – a débuté voici quatre ans afin de réaligner les priorités face à la croissance que vivait et qu’allait encore vivre l’organisation. A la clé: un processus de réorganisation, la mise en place d’outils et d’indicateurs de mesure, un travail sur le développement managérial. Puis sont venues les premières concrétisations en termes de produits: le Rotarix, premier vaccin contre le rotavirus, le Cervarix qui protège contre le cancer du col de l’utérus causé par le virus du Papillome Humain et bien d’autres encore dans les cartons. Quatre ans plus tard, on peut dire que l’équipe RH a apporté une réelle contribution à la gestion de cette croissance par un accompagnement du changement.  »

De profil

Fabrice Enderlin est diplômé de Sciences Po, ce qui aurait pu le destiner à une tout autre carrière. C’était sans compter un job étudiant chez McDo où il allait grimper les échelons et diriger, à 19 ans, un restaurant. Cette découverte du people management le conduit à réaliser un mémoire, puis un troisième cycle, en GRH. L’étape suivante, ce sera l’industrie, chez Arcelor, où il apprend les ficelles du métier au sein d’un laminoir. Il rejoint ensuite Ciba pour mettre en oeuvre la fusion avec Sandoz, fondus pour devenir Novartis. Une expérience sur laquelle il capitalisera ensuite en mettant la main à la pâte du rapprochement entre Glaxo et Smithkline Beecham, la filiale française représentant la deuxième implantation en taille après les Etats-Unis. Aujourd’hui, c’est la gestion de la croissance qui se trouve à son agenda de Vice-président RH de GSK Biologicals depuis 2003. « Ce qui est agréable, mais pas forcément moins contraignant », confie-t-il.